top of page

Sevrage: Lait relais et lait croissance: y a-t-il un intérêt?

Dernière mise à jour : 13 juin

fond jaune et verre de lait
verre de lait

Les laits relais

Bébé a 4 mois et vous avez décidé de le sevrer. Vous vous orientez donc vers un "lait relais" de l'allaitement maternel. Ces laits contiennent des prébiotiques et des probiotiques. Ils n'ont aucun intérêt démontré au niveau nutritionnel et ne sont pas recommandés par l'association française de pédiatrie ambulatoire (1)ni par l'académie américaine de pédiatrie (2). Vous pouvez utiliser un lait infantile classique qui sera d'ailleurs sûrement moins cher.


Les laits de croissance

Bébé a un an, et vous avez décidé d'arrêter l'allaitement. Se pose la question du lait infantile que vous lui donnerez à la place de votre lait.

En France, on recommande de donner des laits croissance de 10 mois jusqu'à 3 ans, notamment car ils sont riches en fer (3).

Pourtant:

  • L'académie américaine de pédiatrie (2) a publié des recommandations en octobre 2023 et indique que les laits croissance n'ont pas de bénéfice nutritionnel, et font l'objet de pratiques marketing douteuses. Dans ce document, les auteurs se questionnent sur la composition sucrée de ces laits qui induirait des préférences pour les produits sucrés par la suite, et un risque augmenté d'obésité. Dans le cadre d'une alimentation variée, il n'y a pas de bénéfice à utiliser ces laits de croissance, qui par ailleurs rajoutent une contrainte économique importante aux parents.

  • Les recommandations du système de santé anglais (4)sont identiques: pas de bénéfice pour les laits de croissance (et les laits relais)

  • L'OMS a dénoncé en 2022 le marketing abusif des laits infantiles, notamment les laits croissance, ce thème a également a fait l'objet d'articles du Lancet (5,6). En effet, le code de l'OMS de commercialisation des substituts du lait maternel régule le marketing pour les laits infantiles les 6 premiers mois, ceci afin de protéger l'allaitement maternel. Les laits relais et laits de croissance ne sont pas soumis au code de l'OMS et sont donc la porte d'entrée idéale pour la publicité des industriels.

A partir de un an, l'academie américaine de pédiatrie (2) et le NHS (4) recommandent du lait de vache entier dans le cadre d'une alimentation diversifiée.


Par ailleurs, si l’enfant présente un manque de fer, le médecin vous prescrira un sirop de fer de même valeur biologique que celui qui est ajouté dans les laits industriels. 


L'OMS indique également que ces 2 types de lait n'ont pas d'intérêt nutritionnel par rapport aux lait infantiles classiques, et ces laits ont été classés comme des aliments ultra transformés (7).


Mise à jour mai 2024:

Dans un rapport de 2023 (8) , l'OMS indique par ailleurs qu'il est possible de remplacer le lait maternel par du lait animal (pasteurisé, bouilli, fermenté, ou yaourts) dès 6 mois en cas de sevrage complet ou de sevrage partiel (allaitement mixte) de l'allaitement maternel;

 Une méta analyse a été réalisée comparant lait artificiel et lait animal et il y aurait un risque accru d'anémie avec le lait animal (mais pas de modification en terme de croissance). Il est donc recommandé de privilégier les aliments riches en fer en complément du lait: cette recommandation s'applique donc pour les bébés qui mangent bien les solides.

Etant donné le prix du lait artificiel et la situation économique actuelle, cela pourra intéresser certaines familles.





Bibliographie (consultée le 30/10/2023)

  1. Site laits.fR , réalisé par des pédiatres de l'Association Française de Pédiatrie Ambulatoire

  2. American Academy of Pediatrics. Older-infant-young child Formulas. Oct 2023

  3. Site mpedia sur les laits de croissance

  4. Site du NHS sur les laits infantiles

  5. Article du lancet 2023

  6. Article IPA: Le Lancet dévoile les tactiques prédatrices de l’industrie des préparations pour nourrissons (PPN)

  7. Baker, P, Santos, T, Neves, PA, et al. First-food systems transformations and the ultra-processing of infant and young child diets: The determinants, dynamics and consequences of the global rise in commercial milk formula consumption. Matern Child Nutr. 2021; 17:e13097. https://doi.org/10.1111/mcn.13097

Consultée en mai 2024

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page