top of page

Témoignage allaitement long

Dernière mise à jour : 25 mars




Voici le témoignage d'une maman que je connais depuis 2019 et que j ai eu le plaisir d'accompagner pour 2 bébés , sur les thématiques allaitement , et sommeil . Je la remercie de faire vivre l'appli avec son témoignage!



"Après une 1ere tentative d’allaitement de mon 1er enfant soldée par un échec à J10, lorsque je suis tombée enceinte de bébé 2, quelque chose en moi persistait à vouloir allaiter, alors que ma 1ere expérience d’allaitement de bébé 1 avait été un échec cuisant. J’avais éprouvé des douleurs insupportables à la mise au sein, j’avais galéré pendant plusieurs jours, entre tire-lait dont je me servais mal (faute de bons conseils adaptés) et répulsion à la mise au sein car je craignais les douleurs.

Comme un instinct, comme quelque chose d’irrépressible, je ne voulais pas partir battue d’avance et je voulais retenter l’aventure de l’allaitement. Après tout, certaines mères y parviennent très bien, pourquoi pas moi ?

Je me suis donc préparée à toutes les éventualités (lanoline, coque d’allaitement en argent, cataplasme de LM, choux vert, argile, compresses de chaud et de froid…) . J’étais mentalement prête à retrouver ces difficultés à trouver rapidement de l’aide. J’ai donc demandé à une Doula de m’accompagner en allaitement. Celle-ci m’a permis de passer le cap de l’après naissance, de gérer les nombreux engorgements qui ont suivi et de poursuivre malgré les douleurs qui cette fois étaient moins intenses.

Malgré tous mes efforts, j’enchaînais les engorgements et les canaux bouchés pendant des mois et des mois. J’ai compris tardivement qu’elle n’étais pas assez formée en allaitement et qu’il allait falloir me tourner vers une vraie professionnelle de l’allaitement.

Je savais que je plaçais mal ma fille au sein, ayant un réflexe de mise à distance au moment de la mise en au sein par peur d’avoir mal, ma fille avait pris l’habitude de pincer le mamelon et de le prendre du bout des lèvres.

C’est au bout de nombreux mois de galère que j’ai contacté Elise, au hasard de mes recherches internet.

Elise s’est adaptée à ma capacité à changer mes habitudes. Elle a évalué les possibilités diverses pour sortir de mes canaux bouchés à répétition. Elle m’a envoyé une liste très exhaustive des différentes pistes à explorer me concernant. J’ai apprécié son regard bienveillant et ses nombreux conseils sourcés et pratiques.

Ce qui m’a permis de sortir des engorgements définitivement furent la prise de lécithine*de soja et l’adoption d’une éviction de PLV dans mon alimentation. J’ai arrêté également la prise de bière sans alcool qui stimulait de trop ma lactation.

Peu à peu les choses sont rentrées dans l’ordre et à 1 an, ma fille commençait vraiment à s’intéresser à la nourriture. J’ai souhaité poursuivre l’allaitement. Je n’éprouvais pas le besoin d’arrêter, ma fille non plus, nous avions un rythme de tétées certes soutenu mais convenable. Celui-ci se passait bien, ma fille grandissait à merveille, je profitais enfin de ses bienfaits et avait le sentiment d’avoir parcouru un marathon. L’allaitement proposait le double avantage de calmer ma fille plus facilement, notamment lorsqu’elle était malade et de lui fournir le contact dont elle avait besoin après ses journées de garde. J’ai ainsi pu reprendre le travail à ses 1 an. La transition a été sportive mais l’allaitement tenait bon. J’étais heureuse et émerveillée de produire du lait moi-même, adaptée à ma fille et à ses besoins. Sans besoin d’aide extérieure. Le corps maternel est incroyable !

Vers ses 18 mois je ne me sentais plus à l’aise de l’allaiter en extérieur ni à la demande. Je souhaitais espacer les tétées. Elise m’a alors suggérer de passer en allaitement « négocié », c’est à dire que je pouvais faire patienter ma fille jusqu’à la prochaine tétée en proposant un jeu, un encas, un livre etc. Peu à peu, j’ai mis en place des choses pour espacer les tétées. Cela a bien fonctionné. Je n’allaitais plus à la demande et ma fille a accepté de ne plus téter en extérieur, non sans râler certaines fois de mes refus.

C’est tout naturellement que j’ai décidé de poursuivre jusqu’à ses 3 ans. Je suis tombée enceinte de bébé trois à ses 2 ans 1/2. Actuellement j’allaite bébé 3 depuis 19 mois. Tout se passe très bien. J’ai fait venir Elise le plus vite possible après sa naissance et elle m’a bien aidé à ajuster ma position d’allaitement. Je n’ai donc pas eu les douleurs connues avant.

Merci Elise !!"


*remarque: l'usage de la lécithine est controversé car l'efficacité de son usage n'est pas démontrée.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page